Équipe Écologie Microbienne de la Rhizosphère

Rhisosphère et interactions sol-plante-microbiote

Stratégies adaptatives et exploration des génomes bactériens phytobénéfiques pour une agriculture durable

La recherche au LEMIRE est consacrée à l’étude des « interactions sol-plante-microbiote », avec un accent particulier sur le rôle du microbiote associé à l’hôte dans la médiation des interactions entre la plante et son environnement biotique/abiotique (notamment les nanomatériaux), et le dialogue moléculaire entre la plante et son microbiote associé.

(c) Gilles De Luca
(c) Gilles De Luca

Qu’est-ce que la rhizosphère ?

La rhizosphère représente l’ensemble de la zone du sol parcourue par les racines des végétaux. Cette zone est sous l’influence physico-chimique et biologique des racines vivantes. Elle est le lieu de vie du « microbiote » des plantes. Epaisse d’une dizaine de centimètres lorsqu’elle est située sous de courtes herbes, la rhizosphère peut être beaucoup plus importante sous les forêts des climats tempérés.

Haut lieu d’échanges, c’est grâce à la rhizosphère que les plantes puisent les nutriments utiles à leur croissance et la régulation thermique. Elle représente ainsi l’ensemble des interactions entre les végétaux, la terre et la diversité microbienne qui y vivent. Sans les échanges qui s’y déroulent, les plantes seraient incapables de survivre.

Au-delà de ces interactions, la rhizosphère joue également un rôle majeur dans la résistance des sols à l’érosion.

 

Qu’est-ce que le microbiote ?

Pour les végétaux, le microbiote ou phytobiote, rassemble les micro-organismes bactériens, les fongiques (microchampignons) et les protistes (micro-organismes unicellulaires) vivant en communauté dans un environnement spécifique chez un hôte ou une surface. Chez les plantes, le microbiote se localise principalement au sein de la rhizosphère et de façon plus localisée, sous les feuilles.

Responsable d'équipe

Constitution de l'équipe

2 directeurs de recherche, 1 chercheur, 2 ingénieurs, 2 doctorants et 1 technicien

Mots clés

Rhizosphere; Pseudomonas; Biointrants; Genomics; Nanopesticides; Biocontrol; Outer membrane; vesicles; Regulatory RNAs